Lettre d'information/RANDO VAR Lettre d'information - Lettre d'info Rando Var

Sur les traces du "GR" 2013

De St Pons à la Galère

Revue de presse

N° 100

GR 2013... Pour qui? pour quoi ?

Partager

Nous voulions du solide

La capitale européenne de la culture est en Provence,

... à Marseille, pour 2013... Et comme rien n'est simple dans le midi, cet immense marché "culturel" a fait l'objet d'immenses tractations. D'ailleurs les affaires continuent...

Nous qui sommes loin des arcanes de ces milieux, nous voyons bien en parcourant le "GR" 2013 que derrière la fédération apparente des communes autour d'un projet de GR il y a des oppositions féroces, des divergences qu'il a fallu tenter de rapprocher, des sites qui ne pouvaient être exclus : le GR est tout à la fois un superbe outil de promotion pour les communes traversées et un outil de dynamitage des politiques conduites par ces mêmes communes jusqu'à aujourd'hui.

Nous randonnions, avant Marseille 2013, dans des sentiers choisis pour leur situation à l'écart du monde, pour leur isolement, pour leur beauté, pour découvrir des paysages, pour les comprendre. Nous recherchions l'écart, l'oublié, le sauvage, le fragile, le silencieux... Nous allions pour voir comment les paysages s'organisent en fonction de la morphologie, des hommes, des traditions, des techniques, des cultures.... et cette compréhension était facilitée par leur nudité, leur isolement.

 

Nous n'allions pas dans les quartiers, les zones urbaines où nous n'habitons pas, les zones péri-urbaines, les zones entre péri-urbain et friches, friches et zones rurales en déprise, les zones coincées entre deux communes, bref, ces zones où nous n' habitons pas, ne travaillons pas, et que nous ne faisons que traverser au volant de nos véhicules.

Nous jugions nos communes en fonction des bancs sur la place, des écoles, des rues, de la presse, de l'emploi...bref nous jugions en ne connaissant de nos communes que ce que nous avions habitude d'y voir. Nous n'allions pas chercher ailleurs.

Le "GR" 2013 nous dessille les yeux. 2600 ans d'histoire, 2600 ans de cicatrices.
Alors certes il y a des apports bénéfiques issues de ces occupations. Et même de somptueux monuments laissés en héritage, et tout un savoir qui nous a permis de progresser et de gagner en qualité de vie, mais, force est de constater que le XXème siècle et le XXIème siècle naissant, dans leur souci de poursuivre de façon accélérée cette progression, n'ont pas su maîtriser l'espace avec intelligence. Pire qu'ils l'ont dégradé en de nombreux endroits et de façon considérable par rapport aux siècles antérieurs.

 

 

Environnement pollué

 

Sur ce "GR" 2013, 38 communes traversées exposent 38 politiques différentes d'occupation des sols, de développement industriel, de logements, d'infrastructures, d'environnement....
A l'évidence le découpage administratif tel qu'il existe en France ne répond plus aux exigences d'aujourd'hui. Il manque une vision commune du territoire et de ses habitants.

Et cela le "GR" nous l'explose au visage. L'approche pédestre était sans doute le seul moyen de le faire découvrir, d'exposer l'ampleur des outrages faits aux hommes et à la nature. En cela c'est une initiative décapante, explosive. Une grenade qui éclate dans la figure de qui la tient.

Marseille 2013 a pressenti que ce lien entre les communes avoisinant Marseille, ce lien qui voulait réunir, fédérer, allait être difficile à manier. Pour preuve la communication qui entoure l'ouverture du "GR" a été précautionneuse, elle est venue de très loin, de 2011 déjà comme pour tâter le terrain, comme pour désamorcer d'éventuelles critiques.

 

Cette communication aujourd'hui valorise de grands thèmes, généreux, mais de façon totalement aseptisée comme celui de l'environnement : l'émission de FR3 "Des Racines et des Ailes" l'a parfaitement illustrée.
Et parallèlement cette communication ignore les problèmes d'aménagement, logement, pollution, sécurité.

Elle présente, lors de ses journées d'ouverture, du gadget parce qu'elle ne veut aborder les thèmes qui fâchent, parce qu'elle ne peut traiter des thèmes qui sont le résultat des politiques conduites. Ces thèmes elle préfère les confier aux professeurs d'urbanisme, d'aménagement du territoire, d'architecture et aux préfets.

L'Europe aujourd'hui est en crise. Et ce ralentissement nous touche tous, dans une immense majorité. Saurons nous saisir ce passage à vide, pour réorienter nos choix, réviser nos politiques, être plus économe et plus intelligent : Reconstruire, dépolluer a toujours présenté un coût supérieur, sans compter les risques qu'un environnement pollué présente pour la santé. La qualité de l'eau, de l'air, de la nourriture ne sont plus malheureusement des sujets d'école. Ils sont notre actualité.

Bonnes randos, sur le bon GR !

 

Saladiers et tambours : une culture éventée...

Lettre d'information/RANDO VAR Lettre d'information - Lettre d'info Rando Var

Cartographie du "GR" 2013   A ouvrir avec Mozilla

Ne plus recevoir la lettre d'information

Retrouvez les lettres d'info de Rando Var