Lettre d'information/RANDO VAR Lettre d'information Lettre d'information

Raquettes au Margès

Montagne de Ste Victoire

Revue de presse

N° 36

 

En route, vers l'été....

 

 

Nous glissons tout doucement vers l'été. Avec l'élévation des températures le feuillage des arbres explose et l'effeuillage des corps commence.

Tout est léger, bourgeons, jeunes pousses, chemises et chemisiers. Les phytohormones envahissent les réseaux vasculaires, l'explosion printanière de la vie se prépare. Tout est sexué, disait notre professeur de biologie, en énumérant les caractéristiques des plantes méridionales. Tout est sexué. Et pour nous, pauvres potaches qui ressentions cette explosion de la nature, cette universalité était bienfaitrice, rassurante.


Nous glissons vers l'été.
Nous glissons avec le temps.
Pas de déplacement sans temps. Corrélation étroite distance vitesse temps expliquait Einstein, assis sur le vecteur lumière, avec devant lui le noir sidéral que les faisceaux lumineux ne pouvaient éclairer.

Roulons nous en aveugle ? ou sommes nous aveugles ?!
Les plantes suivent les saisons, les pluies, chaleurs et refroidissements. Et nous, nous voyons ces changements et nous les comprenons par instants seulement.
La fatuité, la fausse nouveauté, les leurres nous écartent souvent des justes dimensions.

 

C'est pour cela qu'il nous faut parfois, qu'il nous faut toujours nous contraindre et sortir des belles ornières, de leur clinquant.
C'est pour cela qu'il faut en toute saison abandonner quiétude et confort domestique pour, au plus près de la nature, repositionner les priorités.
C'est pour cela que nous aimons randonner. Pour laisser à notre esprit, à chaque pas, le loisir de glisser de ci de là, de rabouter les idées éclatées, de reconstruire une pensée personnelle à chaque posée du regard, à chaque réflexion décalée, à chaque idée née de l'inconscient. Marcher pour s'ébattre. Marcher pour colorer. Marcher pour construire. Marcher pour résoudre.
"Quand on a pour mission d'éveiller, on commence par faire sa toilette dans la rivière. Le premier enchantement comme le premier saisissement sont pour soi." dixit René CHAR.

Point n'est besoin de gueuloir pour vérifier la justesse de l'adéquation.
Mais s'il faut gueuler, gueulons ! Le randonneur est homme/femme libre : "Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque. A te regarder, ils s'habitueront." (René Char encore).
Dans la joie toujours, même si douleur et joie ne sont jamais très éloignées.

Dimanche nous étions à la Sainte Victoire.

Nous en avons fait l'ascension à partir de la chapelle St Ser, par la face sud, la plus verticale.

St Ser, chapelle romane minuscule, est bâtie à l'aplomb d'une formidable falaise, dans le prolongement d'une grotte. C'est un lieu de pélerinage depuis le XIV siècle. La légende rapporte qu'un ermite du nom de Servus (esclave en latin) y vécut au 5ème siècle. Son indépendance lui aurait valu de se faire trancher les oreilles et décapiter en 484. Ce martyr lui aurait assuré la sainteté...

A partir du parking en bordure de route, nous avons suivi le balisage rouge. La montée est sans difficulté jusqu'à la chapelle (200 m de dénivellé). Au delà un sentier de chèvres conduit au col de St Ser, 300 m plus haut. Des chaînes équipent les deux passages les plus délicats mais sans véritable difficulté technique. Mais l'un, ouvre sur le vide, et peut bloquer les personnes sujettes au vertige. Sur la ligne de crête, le Pic des Mouches (1011 m) est à portée de main.

Au sud les eaux miroitent dans l'ancienne carrière d'argile reconnaissable au rouge des terrains avoisinants. Quelques espèces rares de batraciens y ont élu domicile. Le site est désormais zone protégée. Un peu à l'ouest une excavation marque l'emplacement de la nouvelle et unique carrière d'argile de la région. Elle alimente la dernière tuilerie de Marseille. Au delà, le Mont Aurélien et la Ste Baume, Paradis et Pic de Bertagne...
Au Nord, crocus et buis, Ventoux, Devoluy, Tête de l'Estrop, Mourre de Chanier....et le lac de Bimont, au bleu irréel, ponctuent l'espace.

Pour le retour vous rejoindrez vers l'ouest le col de Vauvenargues. Un sentier balisé en noir plonge au niveau d'un cairn pyramidal ! et assure le retour à la chapelle.
Nos Amis de la Sainte Victoire présentent sur leur site tous les tracés aménagés dans cette dorsale de 18 kms de long. Nous vous invitons, pour plus amples renseignements, à consulter leurs pages.

 

Montagne de Blieux, Pointe de Chamatte

Mais nous n'avons point pour autant raccroché crampons et raquettes. La neige recompose incessamment ambiances et paysages. Et le vent du Nord y ajoute ses touches personnelles. Montagne de Blieux, la neige est gelée et porte à merveille nos poids surchargés. Toute la traversée s'effectue crampons aux pieds, la mer en miroir lumineux scintille au sud, les Alpes enneigés s'alignent au Nord.

Personne, seule la ronde de quelques rapaces et la course d'un renard signent une présence. Magie du minéral, magie du désert, c'est l'infiniment petit qui fait surgir la diversité.

Le lendemain, partis d'Allons, nous étions à Chamatte. Il avait neigé dans la nuit. Cristaux et vent avaient accordé leurs violons. Et nous récitions Apollinaire, "les grands arbres revêtus ...." en progressant sous les branches chargées.
Le relais hertzien émergeait par instant des bourrasques de neige, le lac de Castillon frisait sous les rafales. Point de chamois mais des chevreuils nous attendaient à l'orée des pins sylvestres.

Ah, j'aurais aimé que vous soyez des nôtres ...

Pour plus amples renseignements

Bonnes randos !

Lettre d'information/RANDO VAR Lettre d'information Lettre d'information

Randonner dans le Var

Ne plus recevoir la lettre d'information ?