Lettre d'information/RANDO VAR Lettre d'information Lettre d'information

Au sommet du Blayeul

Bléone : l'admirable transition..                 

Une vie de cigales (8,07Mo)

 

N° 56

 

Le vallon est dans l'ombre, gelé. Le crissement de la neige, le poinçonnement des bâtons ont un je ne sais quoi lugubre. Comme un tombereau, les roues cerclées de fer, sur un chemin glacé, qu'accompagnerait une troupe mutique.

Dans la pénombre seules quelques rares feuilles de chênes pubescents, racornies, et des druppes de cynorrhodons sont reconnaissables. L'aube se lève à peine. Le froid coule dans le vallon, un fleuve lent, irrépressible.

Sortir du thalweg, prendre les flancs. Le nez goutte, l'haleine givre. Pourquoi avoir quitté si tôt ce refuge ? Même inconfortable, il abritait nos chaleurs intestines. La porte avait refusé de céder à la première poussée.Comme si elle voulait conserver ses hôtes quelques temps encore.

 

Froidure en approche
Sous l'émetteur

La crête blanchit. Ou blémit.
Pas un mot. Balancement des bras, glissement incessant des pieds, roulis permanent des sacs, nous devons ressembler à une procession religieuse. Des pénitents. Il doit y avoir en nous quelque chose relevant de la croyance, de l'abnégation, du dépassement pour, non pas vouloir contempler le lever du soleil du haut du Blayeul, mais seulement parvenir à son point culminant...

Droite, gauche, droite, gauche, infiniment, indéfiniment les mêmes mouvements, les mêmes flexions, les mêmes appuis, la même cadence. Si la pente s'élève la foulée se raccourcit, si elle fléchit, la foulée s'allonge, mais le rythme demeure. Droite, gauche, droite, gauche... Les muscles sont chauds, les articulations déliées, tout est souplesse dans un environnement durci, gelé.
Les cristaux arrachés glissent à la pente : friselis, froissements cristallins. Les mélèzes ont laissé la place aux pins sylvestres. Quelques genévriers subsistent.
Et puis la dune nue, le champ de neige que le soleil enfin inonde. Ras de marée sur la planète. Etincellement des cimes. Noircissures des roches, tâches des roubines. Le monde qui, à la nuit, nous était apparu élevé, se révèle être, avec le lever de l'astre, en creux : vallées, vallons, gorges forment tout un échevelé de connexions obscures. Là émerge un clocher, là fume une ferme, là un pont franchit la rivière. Des forêts tantôt noires, tantôt vertes colonisent les versants, patchwork alpin.

Moines fastidieux nous poussons nos bâtons. Nous approchons la tonsure du Mont Blayeul. Un émetteur radio, un mécano de fer, trône là en ces terres désertées. La glace pend à ses poutrelles. La neige accumulée efface l'abri technique. Congères et boursouflures. Ridules et glissements. Quelles fréquences émettent là ? De quel sujet débattent elles ? De Lybie, Tripoli, Benghazi, versus Tunisie, Algérie...? Déversent elles de la publicité ? parlent elles d'émancipation ?

La brise nocturne s'est repliée. La brise diurne n'est pas encore levée. C'est l'instant de grâce. L'immobilité absolue. Là, contemplation et recueillement bus, nous abordons la dernière phase de notre préparation, le dernier tableau du séminaire.

Huit trous dans la neige festoient, huit trous ripaillent, huit trous qui, la dernière goulée absorbée, dans une calvacade d'ados, se jetteront dans la pente pour une fois encore, une fois de plus sentir l'incommensurable légèreté de l'être, tout schuss autant que la pente l'autorise, toute godille, toute apesanteur, toute liberté.

Car lundi, boulot !

Bonnes randos à tous.

Cynorrhodon : nous disions gratte-cul

Apesanteur

 

Randonner en montagnes exige quelques connaissances. Une pratique, de l'humilité et savoir renoncer quand les conditions météos ne sont pas requises. Nombreux sont les accompagnateurs en montagne, les guides, les moniteurs susceptibles d'accompagner les premiers pas.

Le partage des connaissances est irremplaçable. L'approche des différents manteaux neigeux requiert de l'expérience. Et une longue pratique ne met cependant pas à l'abri de quelques turpitudes....

Les bulletins météos doivent être lus et interprètés avant toute rando raquette ou ski. Les équipements doivent être adaptés. Ils peuvent ne pas suffire.

Mais que la montagne est jolie, quand, nouvelle, elle s'offre première à nos approches.

Bonnes randos avec.... prudence !

 

Lettre d'information/RANDO VAR Lettre d'information Lettre d'information

Rando Var                  

Ne plus recevoir la lettre d'information ?