Lettre d'information/RANDO VAR Lettre d'information - Lettre d'info Rando Var

Neige de printemps, danger

Col de Sanguinière

Revue de presse

N° 80

La cabane était perdue au milieu de l'alpage...

Partager


Cabane pastorale, refuge pour raquetteurs

 

La cabane était perdue au milieu de l'alpage. Quelques murets la cernaient, fuyant sans logique dans toutes les directions.
Une source naissait là, trouant la neige. Quelques plantes nitrophiles, couvertes de givre, en avaient fait leur domaine.

La ficelle était attachée à un clou. Il suffisait de pousser la porte. Un poêle, une table, un banc et, en sous pente, un bas flanc : voilà le luxe des randonnées hors des sentiers classés.
A l'extérieur, dans l'abri adjacent, des buches...

En Corse, un soir, je me souviens d'un abri où plusieurs tomes de chèvres et brebis s'affinaient dans un garde manger. Et où la bouteille de myrte était au 3/4 pleine....

Disposer d'abri, de refuge, est une nécessité en montagne. L'importance des dénivelés interdit de regagner la vallée chaque soir.

Au XIX siècle, dans leur soif de conquête, les premiers alpinistes s'abritaient dans de simples abris sous roche, aménagés par des montagnards. Grâce au Front populaire et au Club Alpin français ils furent progressivement transformés en refuges de bois et de pierre.

Des refuges plus adaptés ont aujourd'hui pris le relais. La montagne est devenue terrain de découverte, de loisirs et de sport. Elle n'est plus le domaine de spécialistes. Et le refuge est le lieu de rencontre entre alpinistes, naturalistes, randonneurs...
Pour tous le refuge est synonyme de réconfort. Ce n'est pas un hôtel, ce n'est plus l'abri sous roche. C'est un lieu convivial d'accueil et de repos.
Et s'il est surveillé, c'est de là que part l'alerte et s'organisent les secours.

 

Le vent peut rugir au dehors

Avitaillement du refuge des Bans
Leur isolement, c'est l'un des charmes des refuges, et c'est leur raison d'être.

Leur avitaillement s'effectue encore pour certains à pied. L'hélicoptère effectuant le gros de l'approvisionnement en début de saison.
Pour 25 places il faut compter par saison 18 bouteilles de gaz de 26kg (12 pour le four, 6 pour le chauffe-eau et la vaisselle).
Pas d'électricité. L'autonomie énergétique est la règle.
D'où l'importance du savoir vivre en refuge.

Tout doit être pensé :
- les poubelles : à raison d' 1/2kg de déchets chaque jour par randonneur, c'est 1 tonne par saison pour un refuge moyen. Descendre sa poubelle est donc une nécessité, car la haut tout est différent, même le temps de dégradation d'une peau d'orange : plus de 2 ans. Quant aux emballages de barres énergétiques, compter entre 100 et 450 ans !
- l'eau : pas de raccordement au réseau, pas de tout à l'égout. 50l d'eaux usées par jour (WC, vaisselle, douche) c'est ce que chacun génère. Comment traiter ces surplus d'eaux usées lors des pointes estivales, comment garantir la qualité des eaux, comment en hiver la faire circuler quand tout gèle...?
- l'hébergement est restreint, collectif. Il faut se tenir chaud. Avec le vent dehors et le froid, il y a plus à gagner qu'à perdre. Il faut accepter l'autre et, mieux, lui être redevable. Cette simplicité, c'est aussi un des charmes du refuge.
- la restauration est le gagne pain du gardien, tout à la fois cuistot, serveur, plongeur, gérant. D'où l'importance de la réservation ou de son éventuelle annulation.

 

 

Parfois il n'y a pas d'abri. Alors, à un ban rocheux au sol sableux (attention si le vent se lève...), préférer l'herbe entre deux arbres entre lesquels vous aurez placé une ficelle supportant un simple carré de plastique. Il suffit de peu. Et accrocher chaussures et sacs aux branches . Certains animaux ont une hardiesse que n'effraye pas un lourd sommeil....
Mais à un igloo préférer toujours la cabane pastorale. Il suffit de peu, mais...

Ou alors, dans vos randos littorales, rechercher l'abri sous roche, vaisseau sur mer, sobrement aménagé avec des bois flottés disposés en claie, entre salsepareilles et filaires, tamis de lumière entre lesquels la mer étincelle.
Et sous cette tonnelle voir "s'ouvrir la nuit première et tout son bleu de perle vraie..." .

Il suffit de peu;
Et avec peu, les randos mènent loin.

Bonnes randos !

 

Bergers, merci et santé !

Lettre d'information/RANDO VAR Lettre d'information - Lettre d'info Rando Var

Cartes rando du Mercantour

Ne plus recevoir la lettre d'information

Retrouvez les lettres d'info de Rando Var