Rando Var

Randonnées Var Provence Alpes

Accueil > RAu-delà > 4- Bouches du Rhône > Pointe et carrière de Cacau

Pointe et carrière de Cacau

jeudi 28 décembre 2017

Pointe de Cacau : peut on imaginer plus belle friche industrielle ?

La végétation s’est réapproprié ces arpents de calcaire, la patine a poli la pierre des trémies. La mer, les embruns, le soleil ont lavé la roche et transmuté ces carrières où résonnaient burins et avalanches de pierrailles, en presqu’île enchanteresse.

Plus de péniches lourdement amarrées avec leur chargement de blocs pour les jetées de Marseille, d’Alexandrie, ou le chantier de l’Opéra ; plus de pierres glissant dans les trémies, dans un effroyable vacarme, vers des coques pansues agrippées au rivage ; plus de halo de poussières s’élevant sur les flots et voilant le cap Canaille ; plus d’attelages arc-boutés sous l’effort ; plus de taille les doigts engourdis par le froid quand le mistral d’hiver balaye la calanque ; plus d’enfants ployant sous le poids de couffins chargés de bris de pierres, et les déversant au plus haut de l’épandage en murs et monticules toujours plus gros.

Non, mais des murets, des pins, des sentiers, des oiseaux, de la coronille en fleurs, et, à travers les arbres, le bleu insolent de la mer bercé par le mistral. Juste de la couleur, le bruissement du vent et le sifflement de la Narine de Neptune poussé par la houle, continuellement.

Dénivellation : 50 m
Durée : 3h 00
Lieu de départ : Cassis

Rejoindre Cassis et se diriger vers Les Calanques, puis la Presqu’ïle.
Stationner au parking aménagé.

Voir la carte

Du parking emprunter le sentier qui conduit à la calanque de Port Miou, le nouveau port de plaisance de Cassis.

Rejoindre le fond de la calanque puis suivre sur la rive nord le sentier qui mène à Port Pin. Il longe l’ancienne carrière de Solvay, dépasse la "rivière sous marine" puis atteint le collet de Port Pin. Ne pas descendre vers Port Pin, mais poursuivre en direction de la péninsule formée par les calanques de Port Miou et Port Pin, dite Pointe de Cacau. Le Trou du Souffleur ou Narine de Neptune qui se manifeste dès la première houle, marque le début de la Pointe.

Faire le tour de la presqu’île dans le sens horaire ; la batterie de trémies est la première rencontre.

Sous la trémie se cache une grotte sous marine qui a fait l’objet de fouilles archéologiques entre 1968 et 1972 : elle était occupée voilà 200 000 ans. Elle a livré aux plongeurs des silex et des ossements de chevaux, éléphants, cerfs, rongeurs, oiseaux... Là, face au soleil levant, face au cap Canaille, avec une mer 120 m plus bas qu’aujourd’hui, nos ancêtres ont vécu.

La carrière, haute de plusieurs mètres, était constituée de plusieurs couches. Chacune avait un nom : de haut en bas elles s’appelaient : banc fier, gros banc, banc des esquillades, bancs des virants, banc de fer, banc blanc, feuille d’os, banc d’os, banc bâtard, banc coquillier.

La taille s’effectuait selon l’épandage, orienté naturellement vers l’est, vers la baie de Cassis. Le carrier alignait des entailles rectangulaires dans la roche qu’il reliait de quelques petites perforations guidant la découpe.

Puis il plaçait des coins en bois dans chaque cavité creusée et les arrosait. Le bois en gonflant faisait éclater la roche. Le gel en hiver accélérait la découpe. Le bloc était alors dégagé et taillé proprement.
Les pierres étaient roulées sur des mandrins vers la trémie, en attente de livraison. Lors du chargement la chute des blocs était freinée afin que le bordé en bois de la cale n’éclate pas. Parfois un lit de sable protecteur était répandu à fond de cale et constituait le lest de l’embarcation.

Plusieurs métiers se côtoyaient chez les carriers : il y avait ceux qui débitaient la roche en bloc grossier, puis ceux qui la taillaient, et enfin ceux qui la chargeaient.
Les enfants, eux, nettoyaient le chantier, triaient les pierres et ramassaient les éclats.


Ce n’est qu’au début du XVIIIème siècle, en 1720, que la première carrière de pierres de Cassis, la carrière de la Cacau fut créée et exploitée. A partir de cette date tous types d’objets ont été taillés : éviers, fontaines, vases, statues, pierres de construction, bordures de trottoirs, marches ...

La pierre de Cassis est un calcaire impur à 2 %, un marbre dur à forte densité avec de remarquables qualités et une résistance à l’écrasement important. C’est une pierre de couleur nette, égale et homogène. Elle renferme de nombreuses coquilles d’organismes fossilisés, les rudistes, sortes de mollusques bivalves fossiles, lointains cousins des huîtres.

À l’apogée de son exploitation au XVIIIe siècle, de nombreux ouvrages importants ont été exécutés : le fort Lamalgue à Toulon, les quais et les jetées de Marseille, le grand théâtre, le palais de la bourse, le château du Pharo, l’hôtel de la préfecture, la basilique Notre-Dame-de-la-Garde.

En 1855, les carrières sont prospères, on en recense une trentaine avec 130 ouvriers. Cette pierre est connue dans le monde pour la construction de grands ports méditerranéens comme Alexandrie, Alger, le Pirée, Port-Saïd. Mais, avec l’arrivée du ciment, s’annonce son déclin. Elle fut encore exploitée de manière industrielle par la société Solvay pour produire de la soude.

Portfolio

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document