Randonnée Var Provence Alpes

Accueil > Géographie > Pour observer les rapaces

Pour observer les rapaces

mardi 6 octobre 2015

Rocher de Roquebrune

Pour voir les rapaces dans leur milieu "naturel" - les guillemets parce que milieu actuel conviendrait mieux.... - quelques conditions sont nécessaires :

1) Etre patient
2) Se lever tôt
3) Ne pas emmener d’enfants tant que la localisation n’est pas effectuée
4) Avoir une paire de jumelles
5) Venir reconnaître le site à l’avance
6) Observer tôt le site d’un point d’observation externe, dégagé et éloigné afin de ne pas perturber les individus et de repérer plus facilement les zones de nidification.
A Roquebrune, au nord du rocher, un bon point d’observation par exemple est sur le pont qui enjambe l’autoroute : l’Argens coule à deux pas, les rapaces tôt le matin chassent sur la plaine agricole et notamment le long du cours de l’Argens. Il suffit alors de suivre avec la paire de jumelles leur retour au nid pour les situer.
7) Venir reconnaître, dans le site, le futur point d’observation : Faire alors une marche d’approche qui amène à la vue du site suffisamment près pour observer mais suffisamment loin aussi et surtout pour ne pas déranger. Par ailleurs l’observation est plus agréable quand soi même on peut bouger !

A Roquebrune les bruits de l’autoroute sont audibles dans toute la partie nord du massif. Mais la multiplicité des abris dans la roche, la présence d’une plaine agricole et de l’Argens en contrebas, la vue en droite ligne plein nord des gorges du Blavet, autre site de nidification, en font un lieu de colonisation exceptionnel pour plusieurs espèces.
Les points d’observation sont multiples. En repérer un avant de vouloir débuter l’observation. La progression vers ce point d’observation doit s’effectuer au maximum sous le couvert végétal.

Et le jour de l’observation partiront dans vos jambes un vol de perdreaux auxquels nul ne pensait, dans un bruit de ventilateur se mettant en marche, à la grande stupeur des enfants paralysés...

Si les réserves et les espaces protégés se sont multipliés ces dernières années, certains pensent qu’ils ne sont pas suffisant pour garantir la protection de la biodiversité.