Randonnée Var Provence Alpes

Accueil > Les gorges de Régalon

Les gorges de Régalon

mercredi 28 octobre 2015


Voici environ 6 millions d’années, la formation des Alpes a provoqué la surélévation du Lubéron, et, par compensation, l’enfoncement progressif des cours d’eau dans le massif calcaire du Petit Lubéron, creusement que prolongea la crise messinienne qui suivit. Ainsi sont nées les Gorges de Régalon, extraordinaire canyon, souvent obscur, dont l’étroitesse n’autorise par endroit que le passage d’une seule personne...

Lorsque la mer a envahi la région - souvenez vous, il y a environ 2 millions d’années, la mer est remontée jusqu’aux portes de Lyon - les gorges ont alors formé une calanque, comme l’atteste la présence de sables marins.

Des forêts exubérantes peuplaient alors les pays méditerranéens : elles ont aujourd’hui disparues sauf dans des sites d’exception comme ici : la fraîcheur de l’ombrage des gorges et leur humidité ont permis cette conservation d’un témoin paysager d’une grande rareté.

Dénivelé : 200 m Durée : 3h00

Départ : D 973 à 2km après le Logis Neuf.
Stationnement : Un parking (payant en haute saison) est aménagé à proximité de Logis Neuf. Possibilité de poursuivre la D973 vers Cavaillon, et s’engager dans le chemin suivant. Y stationner.

En cas de fortes pluies, surtout au printemps et à l’automne, les gorges peuvent être temporairement impraticables : tous les ruisseaux convergent vers la gorge et noient le passage !

Cartes IGN au 1 / 25 000 : 3142 O

Voir la carte IGN
L’extrait de carte ne suffit pas pour randonner : il est indispensable de disposer de la carte indiquée.

JPEG - 245.5 ko

Départ : parcours fléché ! Suivre la piste à partir du stationnement et s’engager dans le massif en laissant sur la gauche les ruines de Moquette. Des panneaux indicateurs sont disposés en bordure de chemin qui, très rapidement devient pierreux. Atteindre la chênaie, traverser la forêt de cèdres, et rejoindre le plateau.

La gorge en contre bas est celle de Régalon. Suivre le balisage et s’enfoncer progressivement dans le défilé pour un parcours de 45 mn entre terre et terre, ou roche et roche ....

JPEG - 251.6 ko

Plusieurs grottes ouvrent sur le défilé ; elles ont été occupées au cours de la préhistoire. Les gorges constituaient en effet un outil de premier ordre pour piéger puis tuer les animaux.

JPEG - 185.3 ko

Ce n’est qu’au débouché des gorges, en arrivant dans un cirque planté d’oliviers, que l’on retrouve la pleine lumière.

JPEG - 14.4 ko

A travers la forêt de cèdres
La configuration des gorges a rendu très difficile l’exploitation par l’homme de la forêt, et l’a préservée. La plupart des arbres - chênes verts, érables de Montpellier, filaires, pins d’Alep, ormeaux - et même certains arbustes - buis, sureaux, lierres - atteignent des dimensions exceptionnelles et constituent de véritables monuments reliques des forêts méditerranéennes.

JPEG - 231.2 ko

Au fonds des gorges la pauvreté végétale du sous bois s’explique par la faible luminosité qui y parvient : lierres et houx dominent, et des lichens parfois très rares connaissent ici un développement privilégié par l’humidité ambiante et la stabilité des températures.

Les Gorges de Régalon font partie de la forêt domaniale du Lubéron. L’intérêt exceptionnel du site a justifié son classement en Réserve Biologique Domaniale par l’Office National des Forêts.

JPEG - 234.8 ko

Au débouché du défilé, le cirque planté d’oliviers


L’homme a découvert ces lieux voilà des centaines de milliers d’année. Il y a vécu. Elles lui ont offert pendant toute la préhistoire, un terrain de chasse exceptionnel, un refuge et un lieu de sépulture. Les grottes ont livré des outils du paléolithique mais surtout du néolithique et de l’âge du bronze (poteries, bijoux).

Ces vestiges sont exposés aux musées de Cavaillon et d’Avignon

Portfolio