Randonnée Var Provence Alpes

Accueil > RAu - delà > 4 - Bouches du Rhône > Calanques > Du col de la Gineste au Mont Puget et aux falaises du Devenson

Du col de la Gineste au Mont Puget et aux falaises du Devenson

dimanche 27 décembre 2015

sur les crêtes, par le point culminant, la mer aux pieds.


La dimension sauvage du site surprend à si peu de distance de l’agglomération marseillaise.
La présence d’une faune et d’une flore particulières confirment, au delà de l’attrait visuel, la réelle valeur biologique du territoire. Une vingtaine de plantes sont, dans le massif, protégées par la loi.
C’est pourquoi il convient d’être vigilant et de rester à l’écoute des associations dont le but est la préservation du massif des calanques. C’est pourquoi l’ONF ferme à l’occasion certains sentiers.

Dénivellation : 250 m Durée : 5h 30

Lieu de départ : Col de la Gineste (326m).
Entre Cassis et Marseille (D559) : le col de La Gineste.
Stationnement : Stationner au col à proximité des barrières de l’ONF.

Voir la carte IGN

Du col prendre la piste orientée au sud ; elle suit la crête, contourne le sommet du Pain de Sucre et rejoint le col Ricard où une piste de la DCFI en provenance du vallon de Chalabran flanque le Mont Puget sur ses corniches supérieures.

Suivre le balisage rouge vers le sud-est, longer la piste sur 100m, jusqu’à l’ouvert du vallon de Mustrallet où deux cairns signalent le début du sentier. Remonter le vallon. Le sentier est bordé de quelques cairns. Une barre rocheuse ferme le passage dans le thalweg ; le passage est sur la droite, dans une fissure, et rejoindre le thalweg.

Toute cette partie du massif ouverte au nord présente un grand nombre d’espèces végétales : amélanchier, sumac, érable, chêne kermes, pin, cèdre, térebinthe, filaire, nerprun alaterne, cyste, coronille, euphorbe, aphyllante, etc..Le sentier débouche sur la crête à proximité de l’Aiguille de Guillemin. Marseille et le domaine de Luminy sont aux pieds.

Le Mont Puget culmine à 563m. Suivre la ligne de crête de l’Estret en direction du cap Gros. Sur la gauche le vallon de Ste Marthe plonge vers le vallon de Chalabran d’où émerge la cime de quelques cèdres, et le sentier du retour fléché de vert. Dépasser le panneau de l’ONF signalant votre entrée dans le domaine forestier de la Gardiole.

Rejoindre la ruine du Cap Gros, le puits et... "là, face à la mer, dans le silence, tout se donne aux yeux dans l’instant où l’on en jouit."

Prendre le sentier plein sud, emprunter l’escalier qui permet d’atteindre la base des écailles du diplodocus puis suivre le sentier de droite qui rejoint le GR au haut du Val Vierge. Suivre le GR vers le sud en direction des falaises du Devenson et du col des Charbonniers. Au retour le GR sera emprunté dans l’autre direction.

Longer les falaises jusqu’au cap Devenson. Le sentier surplombe la calanque de l’Oeil de Verre, les corniches Paretti, l’anse des Enfers, l’anse de la Baume et l’ilot des Dromadaires. L’Aiguille de l’Eissadon est collée à la paroi, elle masque la calanque de l’Eissadon et la calanque de l’Oule, trou sans lumière ni perspective enfermé aux pieds du plateau de Castel Vieil.

Quelques murets circulaires à l’ombre de pins invitent à la sieste : ils dominent l’alignement des falaises ocres et blanches, le camaïeu des bleux, la danse des verts sous la présence tutélaire du cap Canaille, rayé de brun, qui, dans la brume, ferme l’horizon tel un rideau.

Le clapotis du ressac n’atteint pas le bord de la falaise. Quelques cris de passereaux, traquet oreillard ou fauvette pichou, jaillissent du silence, et le crée, audible, palpable, sonorité muette qu’illustre et étire le plané stationnaire des goélands. Une odeur de thym et d’ immortelles piétinées plane dans l’air, oui " là, face à la mer. Dans le silence,(...) il n’y avait rien à comprendre, rien, à savoir. Tout se donnait aux yeux dans l’instant où l’on en jouissait."

Pour le retour mettre ses pas dans ses pas et suivre le GR jusqu’au Pas de la Candelle, puis la ligne de crête vers le nord jusqu’à la crête de l’Estret. Là, prendre le sentier fléché de vert qui plonge dans le vallon de Ste Marthe et rejoint la piste de la DCFI.


"ONF = sales cons !"

Au col des Charbonniers, sur la crête ventée, une main vengeresse a noirci :
"ONF = sales cons !" au débouché de l’ancien sentier du Val Vierge . Le style est concis... mais peut on penser que tout randonneur soit de cette étoffe ?

On trouve dans les éboulis une espèce endémique rare et protégée qui ne pousse qu’entre Marseille et Toulon, la Sabline de Provence ou Herbe à Gouffé. Ses tiges grêles s’insinuent entre les blocs et ne supportent guère les passages répétés des marcheurs. Le conservatoire de la biodiversité préconise au niveau national la fermeture des sentiers ; mesure que l’ONF applique.

Plante de petite taille (10 à-20cm) nombreuses tiges fines, ramifiées et redressées. Feuilles très étroites, opposées par deux, ciliées à la base. Petites fleurs blanches à 5 pétales, groupées en panicules légères au sommet des rameaux. Fruit en capsule ovoïde à 2 valves indentées au sommet.

Alors, certes, il eut fallu quelques panneaux muséographiques aux différentes portes des calanques pour expliquer, pour rendre intelligent car intelligible....Souhaitons que l’ONF adopte des pratiques plus citoyennes car plus pédagogiques : quelques explications pour faciliter le changement !

Portfolio

  • Puit du Cap Gros, une eau de ruissellement captée, fraiche et claire Retour (...)
  • Calanque de l'Oeil de Verre vue du Cap
  • Le Mont Puget vu de la Gineste
  • Barre fermant le vallon de Mustrallet
  • Aiguille de Guillemin
  • Sur la falaise du Devenson
  • Falaise du Devenson
  • Ilots des Dromadaires
  • Au dessus du Val Vierge
  • Vallon de Ste Marthe
  • Sous les crêtes de l'Estret