Randonnée Var Provence Alpes

Accueil > Ile de Riou

Ile de Riou

mardi 12 juillet 2016

Imaginez une falaise tombant à pic sur des eaux noires, insondables, une muraille de 200 m de haut, face au large, face au sud, à la roche lisse, patinée, ne présentant qu’une étroite calanque, une faille en fait, où tout débarquement est impossible.

Et, au nord, face aux calanques, face au mistral, un versant en pente douce, cisaillé par cinq talwegs plus ou moins abrupts. L’un d’eux...

Dénivellation : 200 m
Durée : 2h 00 pour la traversée aller retour en kayak.
Choisissez votre jour : vent d’ouest à nord ouest. Jamais par vent d’est qui ramène les égouts déversés dans la calanque de Cortiou vers l’archipel du Riou. L’odeur n’a, alors, rien d’agréable ni la turbidité des eaux dans la calanque du Monastério.

 

Lieu de départ : Callelongue
Rejoindre les quartiers sud de Marseille, Les Goudes et Callelongue
Stationnement : Utiliser les parkings le long de la route et de la calanque

Voir la carte IGN

L’un d’eux, comme à Saint Cyr sur Mer, a accumulé des siècles durant des sables venus du continent, arrachés par les vents du Nord aux plages de Camargue, de Fos ou de Marseille. Des sables qui tapissaient la roche jusqu’à hauteur des cols puis étaient dégorgés en face sud, vomis du haut de la muraille pour rejoindre les flots noirs...

Au sommet de cette dune, émergeant du sable, une tour, une vigie, posée sur la strate calcaire, fut bâtie. Aujourd’hui il n’en demeure qu’un cercle de ruines. Elle est mentionnée en 1295, la France et l’Aragon venait de terminer leur guerre. Philippe le Bel venait d’être sacré. Elle fut abandonnée en 1695, Louis XIV était alors roi de France.

L’île connut une première occupation au Néolithique, vers - 5 600 av JC, comme en témoignent les débris de poteries, la meule, la hache et les coquillages retrouvés dans le vallon de la Sablière.
Avec un niveau de mer inférieur de 20 mètres, l’actuel archipel formait une presqu’île, un site naturellement défensif accessible à pied, dominant la plaine littorale et le passage des gibiers que nos ancêtres piégeaient, en les acculant contre les falaises des calanques... La grotte Cosquer, où 142 animaux ont été représentés, était en face.

Durant l’Antiquité, l’île de Riou est fréquentée par des marins ligures, étrusques et enfin massaliotes, comme l’attestent des poteries retrouvées dans les sablières et le
« puits des chèvres » (-700 à -350 av JC). L’île aurait également servi de campement pour la pêche au thon vers -50/50. Car les thons - et jusqu’à la révolution industrielle -longeaient alors les côtes, Louis XIV ne fut il pas invité par la Prud’hommie des pêcheurs de Marseille pour en harponner quelques uns au large de Sormiou ?... [1]

Au XIXe siècle, propriété du Ministère de la guerre, l’île fréquentée par des pêcheurs, louée à des particuliers, est un lieu d’accostage et d’attente pour les contrebandiers. La faille, dite calanque des Contrebandiers au milieu de la falaise sud, invisible de la côte, comme de tout vaisseau passant au large, offrait une cache remarquable à ce commerce lucratif, déjà off shore....
Une planque qui sera perturbée vers 1860, quand les sablières seront exploitées et vidées, pour fournir en sable les grands travaux de Marseille décidés par Napoléon III. Pour le chargement des tartanes, qui transporteront le sable au Vieux Port, un toboggan fut construit à l’ouvert de la Grande Sablière.

Plus de 320 espèces végétales ont été recensées sur l’île, dont 18 protégées par la loi.
Parmi les espèces présentes sur l’île, on trouve notamment le lézard ocellé et le lézard des murailles, de nombreuses espèces d’oiseaux dont trois protégées : le puffin cendré (un tiers de la population française), le puffin de Méditerranée, et l’océanite tempête.
L’île Riou est en outre, avec la Corse, le seul site de reproduction français pour le cormoran huppé.

Mais les espèces mammifères sont rares. Les espèces invasives de rat noir et de lapin pullulent. Mais aussi des espèces autochtones comme la musaraigne des jardins et la chauve-souris d’Europe.


L’île est aujourd’hui rattachée au Parc National des Calanques.
L’accès est limité au sentier du littoral qui, de la calanque de Fontagne (la calanque des grecs), conduit à la calanque du Monastério (en longeant le toboggan) et de là, au col de Culatte.
Elle est sous la surveillance des agents du Parc, qui, d’un zodiac, débarquent à quatre... A quelques miles marins de là, les Boues Rouges sont toujours déversées dans le périmètre du Parc. Et là, pas de surveillance...Aussi quand le préfet ordonne un contrôle surprise, les taux de pollution dépassent les quotas autorisés...
Bref, où sont les priorités ?
Quant aux quelques rares panneaux muséographiques présents sur l’île, illisibles, brûlés par le soleil et les embruns, il conviendrait par mesure pédagogique, d’y redonner un coup de peinture....

Portfolio

  • A l'ouvert de la calanque de Fontagne
  • Abri du Parc des Calanques à Fontagne
  • Calanque de Fontagne
  • Le toboggan. Île Maïre en fond.
  • Sur la crête, face à la falaise sud
  • Vallon de la Grande Sablière
  • Mouillage du Monastério
  • Vue prise du col de Culatte
  • Plage du Monastério
  • Calanque du Monastério
  • Île Plane, calanques vues de l'île Riou
  • Au dessus du mouillage du Monastério
  • La "porte" de la Calanque des Contrebandiers

[1Le toponyme de "madrague" qui se retrouve sur tout le littoral méditerranéen, ou celui de "tonnerre" qu’on retrouve en Corse, nomment les lieux où ces filets étaient calés perpendiculairement à la côte pour piéger les bancs de thon qui la suivaient.