Randonnée Var Provence Alpes

Accueil > > La liqueur de fenouil

La liqueur de fenouil

dimanche 4 octobre 2015

Giono, dans son ouvrage "Que ma joie demeure", fait dialoguer Jourdan, Randoulet, Bobi et Honorine au sujet d’un secret : la fabrication de la liqueur de fenouil...

En voici l’extrait, une façon de faire découvrir la galle d’yeuse...

"Qu’est-ce que c’est ? demanda Jourdan
Ah ! ça, dit Honorine, c’est ma liqueur. Un secret. Malin qui devine."
Bobi goûta lentement.
"Il y a du fenouil, dit il.
Ca c’est facile," dit Honorine.
Bobi but une gorgée.
"Du serpolet, un peu de genièvre, et attendez..."
Il avait à ce moment-là son sourire. Jourdan se dit :
"Ca commence." Bobi se lécha les lèvres.
"Vous avez, dit il, ouvert une galle d’yeuse. Au milieu est une petite boue noire. Vous avez pris ça du bout du couteau, et, peut être deux, pas plus de trois.
Deux et demi, dit Honorine dans un souffle. Ca alors ! ...
Comme cousin, dit Randoulet, celui là ! .... "
Jourdan avait pris un petit air heureux qui voulait dire :" Hé oui, c’est comme ça que nous sommes."
Remarquez, dit Bobi, que ça n’est pas difficile. Il suffit d’avoir goûté une fois la galle d’yeuse pour la reconnaître toute sa vie. Mais votre grande découverte, madame Honorine, c’est de l’avoir mariée avec le serpolet, le fenouil et le genièvre. Ca c’est des plantes joyeuses qui font soleil, nuage et joie de mai. La galle d’yeuse, surtout le cœur, c’est noir comme le sommeil de la terre."
Il y eut un silence et Randoulet demanda : "Pardon ?
Oui, dit Bobi, je dis qu’il y a des choses qui par leur goût ou leur couleur, quand on les a sur la langue ou dans les yeux, font joie et d’autres qui font deuil. Trois choses de joie, une de deuil, ça fait vivant."

Jean GIONO - Que ma joie demeure, 1935


On appelle noix de galle (ou galle du chêne vert, appelé yeuse en Provence) l’excroissance provoquée sur les feuilles des yeuses par les piqûres d’un insecte, le cynips .

La galle du chêne a longtemps été utilisée comme ingrédient principal pour fabriquer encre (encre métallo-gallique), ou teintures de couleur sombre.

Dans les campagnes, les enfants transperçaient d’une allumette les galles, pour en faire de petites toupies.
Source : Wikipedia