Randonnée Var Provence Alpes

Accueil > RAu - delà > 4 - Bouches du Rhône > Calanques > Tour de la Tête de la Mounine

Tour de la Tête de la Mounine

dimanche 8 janvier 2017

Les calanques constituent un territoire admirable, riche en sentiers souvent ignorés ...
Aussi, en hiver, avec des journées courtes, quelques heures suffisent, dans ce territoire à l’échelle humaine, pour connaître l’aventure.

Dénivellation : 280 m Durée : 4h

Départ : Traverser Marseille en direction de la Pointe Rouge, stationner devant le parc de la campagne Pastré.

GIFVoir la carte IGN
Carte IGN 1/25 000 : 3145 ET
L’extrait de carte ne suffit pas pour randonner : il est indispensable de disposer de la carte indiquée.

Traverser à pied le parc en remontant la voie principale en direction des bastides. L’une est une mairie, l’autre l’ancien musée de la fayence. Contourner ce bâtiment et se diriger en direction du massif des calanques en empruntant le vallon ombragé.

Le sentier s’élève doucement, puis, face à la première barre calcaire qui ferme le vallon, s’incurve vers la gauche. Une grotte traverse la paroi et ouvre l’accès à l’étage supérieur.

Le sentier gagne alors le col de la Selle situé dans le prolongement du vallon suivi initialement. Il offre un panorama remarquable sur Marseille.

Au col de la Selle nous basculons sur le versant Sud, face à la mer et aux îles de Riou.
Peu après le col une bifurcation se présente. Le sentier de gauche descend dans le fond du vallon et rejoint la calanque de Marseilleveyre. Prendre le sentier de droite : il suit l’horizontale de la barre rocheuse jusqu’au col de la Galinette, en épousant les saillants et les rentrants de la barre rocheuse supérieure : la Tête de la Mounine. Cheminer sur ce balcon, devant la mer et les îles, est merveilleux.

"Je dormais à midi dans l’odeur des genêts et des pins ; je m’accrochais aux flancs des collines, je me faufilais à travers les garrigues, et les choses venaient à ma rencontre, prévues, imprévisibles : jamais je ne me suis blasée sur le plaisir de voir un point, un trait inscrits sur une carte, ou trois lignes imprimées dans un Guide, qui se changeaient en pierres, en arbres, en ciel, en eau..."

Simone de Beauvoir - La Force de l’âge

Au col de la Galinette, nous basculons dans le vallon de la Mounine. Rejoindre le thalweg et le remonter en direction du Nord. C’est un petit pierrier sans difficulté qui nous abandonne au pied d’un ressaut de 6 mètres environ : le Pas de la Mounine. Des marches taillées dans la roche et une barre de fer nous assistent pour son franchissement.

Au dessus nous retrouvons le pierrier et, rapidement, un bosquet de chênes verts cachés dans le creux du vallon. Au milieu de ce bosquet un sentier part sur la gauche. Il rejoint le plateau Saint Michel et Callelongue. Emprunter le sentier de droite. Il reste dans les fonds du vallon, franchit un dernier petit ressaut rocheux - où il faut mettre les mains. De vieux points rouges balisent alors le vallon.

Le sentier s’oriente vers le nord-nord-est dans une gorge de plus en plus étroite. La remonter. Elle conduit à l’arête de la Tête de la Mounine, sous le sommet de Marseilleveyre. Sur le plateau notre sentier rejoint un sentier balisé d’un trait rouge. Il conduit à l’ancienne vigie (en ruine et répertoriée depuis 1302) de Marseilleveyre dont le sommet est marqué d’une croix. La vue court alors de la Camargue au Cap Sicié, avec la falaise ocre du Cap Canaille reconnaissable entre toutes.

A partir du sommet, pour rejoindre le col de la Selle, suivre le balisage bleu. Il se dirige vers le nord, puis après avoir franchi la strate calcaire la plus haute, bifurque vers l’est. Il rejoint la crête de Marseilleveyre et le Col de la Selle.
Remettre alors ses pas dans ses pas.


La Mounine, dans le Midi, c’est la petite, ici sans doute, l’excroissance qui prolonge vers le large le sommet de Marseilleveyre, une bougie qui cache en partie les îles de Jarre et Jarron.
La toponymie a toujours emprunté des noms simples, tirés du quotidien pour dénommer les territoires. Mounine dérivée de mona, guenon, vient de l’arabe maimun « singe », un mot que le commerce des singes introduisit dans presque toutes les langues romanes. Son dérivé (sexe de la femme) est surtout répandu dans le domaine occitan.

Ainsi, à Marseille, une mounine, c’est une petite fille. Et une fille cela tourne, cela danse, cela fait aussi tourner les têtes.
Nos hommes, en poste à la Vigie, les yeux sur l’horizon, à surveiller sans cesse la possible arrivée de voiles inconnues, comme Drogo dans le désert des Tartares, pensaient à la Mounine, comme un gardien de phare…

Portfolio

  • L'ancien musée de la fayence
  • Dans le vallon ombragé
  • Une grotte traverse la paroi et ouvre l'accès
  • Rade sud de Marseille
  • ïles de Riou
  • Sur le balcon
  • Sous la Tête de la Mounine
  • Pierrier du vallon de la Mounine
  • Pas de la Mounine
  • Sur le sentier aux points rouges
  • Arrivée sur le plateau. Île Maïre en arrière plan
  • Au sommet : vue sur les îles de Riou
  • Ruine de l'ancienne Vigie
  • Cap Gros,Candelle, cap Canaille...
  • Le retour se fait par la crête de Marseilleveyre, face au plateau de (...)
  • Retour au col de la Selle. En arrière plan le sommet.

Messages