Rando Var

Randonnées Var Provence Alpes

Accueil > RAu-delà > 4- Bouches du Rhône > Calanques > De Beouveyre à Marseilleveyre

De Beouveyre à Marseilleveyre

dimanche 22 octobre 2017

« Être du bond et non pas du festin, son épilogue. » écrivait René Char en 1945.

Alors nous bondissons. Sacs, chaussures, casquettes apprêtés, nous voilà sur les flancs de Béouveyre, longeant les vires, suivant les strates. Retour ligne automatique
Marseille s’affaisse, s’écrase, bourdonne. Un marteau piqueur s’époumone encore jusqu’à nous, mais…

Voir la carte (dans quelques heures seulement...

L’extrait de carte ne suffit pas pour randonner en toute sécurité et reconnaître sommets et points remarquables du paysage.

..mais s’étouffe quand nous basculons sur le versant marin, aspirés par la floraison de la bruyère, du cynoglosse, de la laitue osier … Le vent passe à l’Est, il fait frais, l’équinoxe passé. Au sommet de Marseilleveyre, nous contournons les ruines de l’ancienne vigie. Au large, les porte-conteneurs tracent leur ballet. Un vieux voilier longe la côte, grande-voile, aurique, appuyée aux haubans, l’étrave labourant les flots.

Les calanques sont dépeuplées en semaine. Nous croisons une petite dizaine de randonneurs. L’appel du vide, l’appel du large, celui de l’effort, celui de la mise en sommeil des contingences quotidiennes, tout ce qui permet à chacun de rêver debout, s’est mis en branle au premier pas, au bas de la pente.

Le randonneur, même à la queue-leu-leu, nest jamais seul. L’esprit libéré, il a lâché la bride à ses synapses. Il brasse présent, passé, futur, sautant du coq à l’âne, télescopant les souvenirs.Retour ligne automatique
Il avance pied à pied dans son histoire. Et certains s’y plongent si profondément qu’ils ne peuvent reconnaître les lieux qu’ils viennent de traverser… et se perdent !

Portfolio