Rando Var

Randonnées Var Provence Alpes

Accueil > RAu-delà > 1- Alpes de Haute Provence > Mont Pelat

Mont Pelat

mardi 14 novembre 2017

Mont Pelat, 3050 m d’altitude, un plus de 3000 à l’ascension facile, qui ouvre les portes du Queyras, du Mercantour, du Haut Verdon.

Mont Pelat, un sommet modelé par les glaciers, un site qui favorise l’approche et la découverte de la faune des prairies alpines .

Haut Verdon
Mont Pelat

Chamois et lagopèdes

dimanche 6 janvier 2008, par jerome

Dénivellé : 1000 m

Durée : 6h00

Départ : Maison forestière du Laus (altitude : 1917 m)

Localisation : Haut Verdon

Cartes IGN au 1 / 25 000 : 3540 OT

JPG - 853.8 ko

L’extrait de carte ne suffit pas pour randonner : il est indispensable de disposer de la carte indiquée.

Après Colmars, avant Allos, quitter la D 908 pour la D 226, en direction du Haut Villard. La route longe la rive gauche du torrent de Chadoulin jusqu’au parking de la Maison forestière.
Stationner devant la cabane. Le sentier - balisé et fléché - débute à la cabane.

La montée vers le lac est facile, compter 45 mn. Le sentier traverse un paysage modélé par les glaciers : verrou glaciaire portant la marque du frottement des roches prisonnières de la glace, lac glaciaire comblé par les alluvions et sables arrachées à la montagne, transformé en vaste pré dit Plateau de Laus, et où serpente la bien nommée ...Serpentine.

JPG - 156.5 ko
Lac d’Allos vu du pied du Pellat

Elle jaillit de l’amas de morraines qui ferment le lac, au niveau d’un deuxième verrou. Là, le sentier court à l’ombre des mélèzes : de jeunes arbres déjà majestueux, plantés au début du XIX siècle lors des grandes opérations de reboisage effectuées pour limiter les crues catastrophiques qui se produisaient alors en aval, à la suite d’une déforestation et d’un élevage trop intensif....

La butte est truffée de galeries de marmottes. Peu effarouchées elles sifflent le randonneur dès qu’il découvre le lac, niché à 2 225 m, au fonds d’un cirque monumental, sous le couronnement de crêtes culminant à plus de 2500 m.

JPG - 76 ko
Bivouac sur le plateau de Méouille

Le lac d’Allos est la principale réserve d’eau naturelle de la Haute Provence : 1200 m de long, 700 m de large, 3 km de circonférence, 52 m de profondeur, 62 ha de surface : compter une bonne heure pour en faire le tour si votre projet n’est pas d’aller au sommet du Mont Pellat !

Sinon, passer devant le refuge puis la chapelle Notre Dame des Monts et suivre plein nord le sentier qui entre rochers et pelouse conduit au pied du Pellat, traverse le plateau de Méouille et abandonnant le GR qui conduit au col de la Petite Cayolle (2 639 m) aborde le pierrier, cotoie les falaises.

JPG - 161.5 ko
Chamois au sommet de la combe du Pellat

Chamois, marmottes, lagopèdes, pipit, hermine, bartavelle et lièvre variable sont dans leur domaine.... Calculer avec le relief, le vent, le brouillard éventuellement, pour faire d’heureuses rencontres....La faune est variée et peu craintive.

La montée au sommet, régulière, offre aucune difficulté. Les lacs se dévoilent peu à peu - Garrets, Cayolle, Trou de l’Aigle -, dans un panorama grandiose ...

Si le sommet ne vous tente pas, il est possible de rejoindre le lac de la Petite Cayolle puis de là, par les crêtes, longer le lac des Garrets pour atteindre le Pas de Lausson. Vues inoubliables !

La randonneée au col de l’Encombrette ( 2 527 m) est également remarquable : là, vous dominez le Verdon, tutoyez le Grand Coyer qui scintille au sud, et au nord, le mont Pellat, qui cache ses lagopèdes, vous toise !
Portfolio
Lac d’Allos - Vue vers le Sud Lac de la Petite Cayolle Aigle royal Alouette des champs perdrix bartavelle Chocard Crave Hirondelle des rochers Lagopède Lagopède Pipit spioncelle Rouge-queue noir Traquet motteux
P.-S.

JPG - 17.9 ko
Pipit spioncelle

Dans les milieux ouverts, où l’arbre à quasiment disparu, au dessus des pentes fleuries s’observent le pipit spioncelle et l’alouette des champs.
La marmotte est bien sûr le mamifère le plus fréquemment visible le jour, alors que l’hermine, le campagnol des neiges ou la bartavelle, grosse perdrix des milieu secs et rocheux, nécessitent plus de chance et de connaissance.
Le traquet motteux est, avec le rouge-queue noire et le merle de roche, le possesseur de ces milieux que survolent aigle royal, chocard, crave et hirondelle des rochers.

JPG - 9.6 ko
Lagopède

Plus haut vivent le lagopède et le lièvre variable, survivants de l’époque glaciaire, qui ont tous deux la particularité de devenir entièrement blancs en hiver, hormis un peu de noir aux rectrices pour le lagopède et aux oreilles pour le lièvre.

Source oiseaux : Guide vert SOLAR
JC Chantelat - Les oiseaux de France