Rando Var

Randonnées Var Provence Alpes

Accueil > RAu-delà > 1- Alpes de Haute Provence > Grand Coyer (2693m) en été

Grand Coyer (2693m) en été

mardi 14 novembre 2017

Randonnée d’été

Le Plan est un vaste plateau à la Giono, rond, pelé, boursoufflé, un couloir des vents où chaque saison invente d’incroyables juxtapositions de couleurs ; avec le Courradour posé au sud comme un banc public, démesurément long, démesurément sage et face à lui, par devers le Plan de Rieu, les contreforts des Coyers écrasés sous les falaises calcaires, vomissant blocs et pierres, et tenant droit, d’un bout de l’horizon à l’autre, le cordeau des strates, comme un bouclier qui porterait les soeurs des Tours d’Allos.

Les troupeaux étaient là, les loups aussi, et nous avons noirci une nouvelle fois le livre d’or caché au sommet du Grand Coyer, et cueilli les quelques brins licites de genépi qui glissés dans l’eau de vie font plus belle la vie....

Dénivellé : 1170 m

Durée : 9h00.
Randonnée effectuée en 2 jours :
- 1er jour approche, installation à la Cabane Pasquier, durée : 3h ;
- 2ème jour : ascension du Grand Coyer par la Baisse du Détroit et retour à Peyresc, durée 6h00

Départ : Peyresc (altitude : 1525 m)

Localisation : Haut Verdon

Cartes IGN au 1 / 25 000 : 3540 OT

JPG - 431.8 ko

L’extrait de carte ne suffit pas pour randonner : il est indispensable de disposer de la carte indiquée.

Suivre la D955 en direction de Colmars les Alpes et à hauteur de Thourame Haute prendre la D 908 en direction de La Colle Saint Michel.

Si vous cherchez un gite, à La Colle, l’ Oustalet sera votre refuge. Très bonne table .

La rando débute à Peyresq, à 4 kms de là.

Cette ascension peut s’effectuer à partir de Beauvezer par les gorges de Saint Pierre, très pittoresques, très impressionnantes ; ou bien, à partir d’Ondres, par la Baisse de l’Orgeas. Ces différents accès conduisent aux cabanes forestières du Pasquier (2150m).

JPG - 525.3 ko
A travers les mélèzes, vers les cabanes du Pasquier

A partir de Peyresc se diriger vers le Courradour puis Cabane Vieille selon la présentation faite antérieurement. Couper le Plan de Rieu par la dorsale et se diriger vers Serre et Pré des Brousses pour rejoindre le lit des torrents qui descendent de la Baisse du Détroit. Suivre alors le sentier, il conduit en une montée douce et régulière aux cabanes forestières.

JPG - 333.8 ko
Cabanes du Pasquier

L’une d’elle est réservée au berger. Elles sont en très bon état, refaite récemment. Le berger y monte généralement à partir d’ août. L’eau coule généreusement devant la cabane, même quand les ruisseaux sont particulièrement maigres.

Pas de loir, et donc pas de bruit et de course folle toute la nuit durant... A l’étage le couchage peut accueillir 8 personnes. Mais bancs et tables dans la cabane annexe peuvent doubler la capacité, en cas d’affluence exceptionnelle, heureusement jamais connue !

JPG - 229.7 ko
Cabane du Pasquier : comme chez soi, enfin presque !

Lever aux aurores, et progression régulière vers la Baisse du Détroit. Le passage dans les marnes sous jacente à la montagne du Carton peut s’avérer difficile en début de saison. Puis contourner par le nord la partie est de la Baisse pour atteindre la Passe du Coyer. Elle domine le vallon des Vallières. De là suivre la crête et remonter le couloir encombré de blocs qui la clef de l’accès au sommet du Grand Coyer. Quelques cairns indiquent le bon passage - qu’occupe un groupe de chamois que nous faisons fuir- et le sommet est vite atteint. L’ hiver la neige recouvre tout, nivelant le couloir ; il suffit de chausser les crampons et d’avancer tout droit dans la pente : il n’y a plus de pierres, plus de blocs, qu’une surface gelée où le pied se pose sans chercher et où le regard peut se perdre ....

JPG - 204.8 ko
Sommet du Grand Coyer : le livre d’Or est annoté

Quelques pierres empilées marquent le sommet ; elles protègent du vent. Une vieille croix, une ex balise et la vue qui couvre l’horizon à 360 degré. Les lacs de Lignin brillent au soleil, la pyramide de la Frema s’aligne avec le Mont Pelat. Enfoui au creux d’un cairn, une boite métallique - café Malongo - cache un livre d’Or. La boite est étanche, le papier bien sec, et le crayon taillé ! Quelques lignes servies, quelques brins de genépi cueillis et c’’est l’heure de la descente.

JPG - 535.6 ko
Genépi

JPG - 175.2 ko
Face à la barre du Courradour, traversée du Plan de Rieu

Des bruits d’éboulis montent de la falaise : deux cueilleurs de genépi prennent tous les risques pour une récolte hasardeuse... Le ciel se couvrant, la traversée du Plan de Rieu se fait sous une nuée noire qui semble vouloir assaillir le Courradour.

JPG - 286.8 ko
Les moutons rejoignent Cabane Vieille, le Grand Coyer en arrière plan

Alors que les troupeaux rejoignent Cabane Vieille quelques grosses gouttes de pluie s’écrasent et se perdent dans la poussière. Couper la barre du Courradour par la Baisse et se diriger vers les ruines de la cabane de la Cassile : quatre murets, plus de toits, quelques ronces, pas d’eau, et la roche affleurant ... mais comment pouvaient ils vivre ? !!
Portfolio
Sous la barre du Courradour
P.-S.

JPG - 509.9 ko

L’astragale Ariste pousse sur les terres arides et ventées, dans les marnes grises, elle est parente de l’Astragale de Marseille, espèce protégée que l’on trouve dans les calanques.

Toutes deux portent de jolies fleurs à dominante bleutée, mais toutes deux ont les mêmes feuilles épineuses qui n’incitent pas à la cueillette.
Répondre à cet article