Rando Var

Randonnées Var Provence Alpes

Accueil > Rando Var > Haut Var et pays du Verdon > Montagne de Robion

Montagne de Robion

vendredi 10 novembre 2017

vendredi 25 septembre 2015

La montagne de Robion domine tout le Verdon : située sur la rive gauche, elle culmine à 1660 m et surplombe La Palud, le Point Sublime, Rougon, la clue de Carejuan...

Elle présente un versant nord arrondi, boisé et un versant sud vertical où, sous un baou rocheux, se niche une chapelle abandonnée, édifiée en l’honneur de St Trophime...

Le panorama qu’elle offre est de toute beauté. A la croisée des tectoniques alpines et provençales, elle affiche tout un enchevêtrement de plis, preuve que toute vie géologique est rude sur notre planète...
Dénivellation : 900 m Durée : 5h 30

Localisation : Pays du Verdon Prendre à la sortie de Castellane, juste après le pont, la D 102. La suivre sur 1,5km le long du Verdon. Stationner au parking aménagé sur la gauche face à un panneau "Tour du Robion", fléché de jaune. Le parking est situé juste avant que la D102 s’oriente vers le sud et quitte le Verdon.

Lieu de départ : Castellane, rive gauche

GIF Voir la carte IGN

Le sentier balisé de jaune débute face au parking, au niveau de la glissière de sécurité. Il plonge dans le thalweg puis rejoint un ancien chemin muletier.

Après 3 lacets, un sentier balisé de rouge part en épingle à cheveux sur la gauche . Il conduit jusqu’au sommet. Le balisage rouge est souligné de cairns à l’approche du premier collet et le long de la crête.

La montée, dans la fraicheur de l’ubac, est régulière. La végétation est constituée d’aulnes, d’amélanchiers et de pins sylvestres qui, habituellement, se développent à des altitudes plus élevées. Certains portent du gui. Quelques cerisiers, noisetiers poussent en bordure du chemin, ainsi que des plants de fraisiers, et framboisiers... Rapidement les premiers mélèzes apparaissent. Dans le sous bois, une collection originale de fleurs se développent sur les tapis de mousse, dont de nombreuses orchidées. La flore du Haut Var, moins protégée des influences méditerranéennes par l’éloignement de la mer, plus sensible aux coulées de froid venues des Alpes et guidées par les ripisylves, occupe une place charnière, toute privilégiée. Elle se développe quasiment jusqu’au sommet.

De la crête la vue coiffe plusieurs départements. Sont visibles : le Coudon, Notre Dame des Anges, la Ste Baume, le Mont Aurélien, Le Margès, le Chiran, le Mourre de Chanier, la montagne de Teillon, de Bleine, de l’Audibergue, le plateau de Caussols, le Mont Lachens, la montagne du Malay, de Brouis, le chateau de Trigance, la chapelle de Comps...

Dans ce vallonnement coincé entre Robion, Destourbes, Brouis... quelques chapelles romanes, sobres, nues, perdues en bord de chemin ou parmi les pins sylvestre témoignent de l’ancienne activité de ces campagnes. Ste Anne, St Trophime, St Blaise ou St Thyrs, comme les multiples oratoires qui jalonnent le paysage à la croisée des chemins, sur les places désertes, auprès des cimetières… sont devenus des repères géographiques pour randonneurs…

L’ascension et le retour se font par le même sentier.

Le village de La Martre, situé près de l’Artuby est à deux pas du Robion. Sa toponymie rappelle la présence en ces lieux de cet animal, la martre, proche de la fouine, mais beaucoup plus forestier.

La martre aime les pinèdes de pins sylvestres. Agile et excellente grimpeuse, elle chasse la nuit notamment les rongeurs et parfois les oiseaux. Les passereaux très liés aux pinèdes sylvestres, comme le pipit, la fauvette, le roitelet,la mésange sont des proies coutumières pour elle.