Rando Var

Randonnées Var Provence Alpes

Accueil > Rando Var > Esterel et Tanneron

Esterel et Tanneron

Le sol

Les massifs de l’Esterel et du Tanneron, constituent la barrière naturelle entre les départements du Var et des Alpes maritimes.

Compris entre, à l’ouest l’Argens qui forme la plaine de Fréjus, au nord l’Argentière qui forme la plaine côtière de La Napoule, et au sud et à l’est la mer, l’Esterel, comme le Tanneron au nord, constitue un massif isolé de roches éruptives. C’est là que les Romains exploitaient leur porphyre bleu : l’estérellite qui se présente en un petit laccolite dans les terrains permiens. C’est une roche d’un gris bleuté avec des phénocristaux blancs d’andésite, du quartz bipyramidé et de petits cristaux de hornblende. Mais la couleur la plus caractéristique du massif est le rouge du porphyre et des grès qui tranche avec les bleus de la mer que le massif déchiqueté surplombe. Il culmine à 618 m au Mont Vinaigre et forme un amphithéâtre ouvert sur la baie d’Agay où le Porthus Agathonis de l’Itinéraire Antique était probablement installé.
Le massif de la Colle du Rouet se rattache géologiquement au massif de l’Esterel. Entaillé de gorges profondes (Blavet, Pennafort) il rassemble des sols défavorables aux cultures.
L’alternance des reliefs, la dimension et la continuité des espaces sauvages conduisent à des contrastes surprenants.

La végétation

Le massif de l’Esterel était recouvert d’une importante forêt de pin maritime ou pin mésogéen, et les nombreuses maisons forestières témoignent de cette intense exploitation, jusqu’à un passé récent. Les attaques des pins maritimes par la cochenille, et les incendies répétés ont mis un terme à toute activité. Aussi, la forêt est rare dans le massif. Un des sites les plus exceptionnels est le ravin du Mal Infernet où le sentiment d’isolement et d’immensité est total. Cette gorge offre un micro climat frais et humide qui favorise la présence d’une flore inhabituelle sous un climat méditerranéen.
Les ripisylves de la Colle du Rouet présentent une richesse exceptionnelle sous de telles latitudes comme l’illustre la charmaie des berges de l’Endre.

La faune

La faune mérite une attention particulière : l’Esterel serait le dernier site de Provence où subsisterait une population de chats sauvages.
Il abrite également une population de cerfs élaphes, introduite d’Alsace. Le massif est également riche en rapaces, comme le faucon pèlerin, le circaète Jean le Blanc, l’autour des palombes, la buse variable ainsi que les hiboux grand duc, moyen et petit duc.
Le massif de la colle du Rouet rassemble une population de chamois, aigle royal, aigle de Bonelli, tortue d’Hermann, grive musicienne...

Liste de la faune remarquable de l’Esterel et du Tanneron

Source :Guide du naturaliste dans le Var
ONF Editions LIBRIS 2003

Les hommes

Ces massifs ingrats furent des refuges pour ermites et brigands. Gaspard de Besse rançonna les voyageurs passant près du Mont Vinaigre jusqu’à son arrestation en 1780.