Randonnée Var Provence Alpes

Accueil > Rando Var > Iles d’Hyères et littoral

Iles d’Hyères et littoral

Le sol

De St Cyr sur Mer à Carqueiranne la façade maritime est calcaire, et les agglomérations coincées entre les chaînons et la mer isolent quelques sites remarquables : Pointes Grenier et du Deffend, Cap Sicié, Cap Couronne et Bau Rouge...
Au delà du tombolo de Giens, dernier espace dunaire important à l’est du delta du Rhône, la façade maritime très découpée, rocheuse correspond à la limite sud des massifs cristallins.

La végétation

Dans ce littoral de falaises, de marais et de dunes, l’urbanisation a isolé des espaces sauvages, comme le Cap Sicié, 330 m de haut, dernier bastion vers l’est de l’astragale, des espaces horticoles comme les terrasses de Carqueiranne, des zones humides où se développent roselières, tamaris, joncs ou salicornes, et des milieux forestiers étonnanment riche comme la chênaie mixte de St Tropez.
La flore de la façade cristalline présente de nombreuses analogies avec la flore de Corse, de par la nature du sol et de par les liens qui unissaient autrefois ces territoires aujourd’hui séparés.

Cette végétation est cependant aujourd’hui menacée par une invasion plus insidieuse de plantes exotiques exogènes. Cette intrusion le Conservatoire du littoral national méditerranéen estime qu’elle représente 10 % des espèces présentes sur l’île de Porquerolles.

La faune

Les falaises du cap Sicié abritent un couple de faucons pélerins, espèce assez rare encore dans le Var. De même les falaises des Maures et des îles d’Hyères abritent plusieurs des 15 couples de faucons pélerins varois. Cette espèce se nourrit quasi exclusivement d’oiseaux migrateurs ou hivernants qu’elle capture en vol au desssus des flots.
Le goéland leucophée connaît une explosion démographique : inconnu sur ces côtes en 1920 il colonise aujourd’hui tout le littoral, attaquant les couvées, se nourrissant aux décharges et recouvrant le sol d’une fiente acide qui modifie le sol, faisant disparaitre la végétation originale au profit de plantes nitrophiles.

Les hommes

Présents sur ces côtes depuis la plus haute antiquité, les hommes ont aménagés plusieurs sites : ports, salins, terrasses...
L’écart d’équipements (habitats, voiries, aménagements, etc) entre les versants ouvrant sur la mer et les ubacs est stupéfiant, comme le révèle le survol de la côte. La loi sur l’aménagement et la préservation du littoral a heureusement donné un coup d’arrêt à l’urbanisation effrénée du littoral.

Le sentier Littoral dit "sentier des douaniers", créé sous le premier empire et réhabilité au cours des années 1970 à l’initiative de quelques communes de l’ouest varois et d’associations connait toujours des difficultés.
Si la loi du 31 décembre 1976, instituant une servitude de passage sur le littoral à l’usage exclusif des piétons (bande dite des 3 mètres) a permis de lui donner une nouvelle dimension, la liaison, pour seul exemple, entre le plage de Bormes (après le Cap Bénat) et le fort de Bregançon n’est, en novembre 2010, non encore achevée ....