Randonnée Var Provence Alpes

Accueil > Rando Var > Les Maures et Roquebrune

Les Maures et Roquebrune

Les Maures ou la brulure ...


Le sol

Massif compact aux formes arrondies, couvert de forêts aux couleurs changeantes, les Maures, comme son voisin le massif de l’Esterel, est une exception géologique au sein de la Provence calcaire.

Il s’étend sur 60 km de long et 30 km maximum de large, entre Hyères et Fréjus, délimité à l’Ouest par le Gapeau dans son cours inférieur et le Réal Martin, au nord par la dépression permienne où coule l’Aille, affluent de l’Argens, à l’est par l’Argens (plaine de Fréjus), et au sud par la mer. A cela il convient de rajouter les îles d’Hyères et l’extrémité de la presqu’île de Giens qui s’apparentent par la nature de leur sol aux Maures.

Le massif est constitué de trois chainons orientés est - ouest comme la Sainte Victoire, la Sainte Baume, et autres massifs plissés lors de la surrection des Pyrénées et par cette orientation marqués, et par la plaine des Maures.
La Plaine des Maures est constituée des sables issus de l’érosion des massifs des Maures et de l’Esterel. Ils se sont déposés à leur pied il y 250 millions d’années, et ont constitué des grès, un sous sol compact imperméable qui retient l’eau issue des pluie. Cette caractéristique a engendré des paysages et des milieux originaux et variés qui valent le classement de plusieurs sites dans le programme Natura 2000.

Notre Dame des Anges culmine à 780 m, La Verne à 629 m et les Pradels qui constituent le chainon littoral à 526 m.
Ce relief accidenté et peu accessible a contribué au maintien de la forêt jusqu’à nos jours.

La végétation

Le pays des chainons se partageait jadis en grands domaines privés ou religieux qui exploitaient ou préservaient la forêt. Certains domaines, le Dom, les Mayons ou la Verne, ont conservé leur vocation forestière grâce à leur acquisition par l’état.
La forêt originelle est constituée de feuillus : certains chênes verts atteignent 20 à 25 m de haut. Plantés par l’homme le chêne liège occupe le quart des surfaces boisées orientées sud. Le chêne pubescent, dont les besoins hydriques sont plus importants est plus rare et se développe sur les versants nord ( Notre Dame des Anges). Le châtaignier, à la limite de son altitude de développement, a été planté sur les zones nord humides. Résineux et autres plantes du maquis (sol siliceux) se trouvent dans tout le massif. Les cultures sont rares (vignes) et se sont limitées au fond des vallées.

La Plaine des Maures présente, en période de pluie, de nombreux ruisseaux, des mares ou des cuvettes creusées dans la roche, qui constituent des habitats naturels d’une extraordinaire richesse abritant une cinquantaine d’espèces protégées ( un record en France).

La faune

La faune aussi est exceptionnelle : 134 espèces d’oiseaux (pie grièche à tête rousse), de nombreux reptiles (lézard ocellé) et amphibiens. C’est ici que vit la tortue d’Hermann, unique tortue terrestre en France, protégée au niveau national et international dont la plaine des Maures et la Corse constituent les ultimes sanctuaires.

Liste de la faune remarquable des Maures


Source :Guide du naturaliste dans le Var
ONF Editions LIBRIS 2003

 

Les hommes

Au XIXe siècle, les Maures connaissaient leur maximum de population. La forêt était exploitée : liège (28 fabriques de bouchons en 1846 à La Garde Freinet), châtaignes ( en 1850 la châtaigne des Maures était alors vendue dans toute la France et exportée en Allemagne et en Belgique), bruyère (la fabrique "Courrieu" employait 150 ouvriers à Cogolin à la fabrication de pipes) et l’élevage des chèvres était important : les moines à la Chartreuse de La Verne possédaient 3000 têtes !

Avec la première guerre mondiale le déclin économique du massif est amorcé.

Les incendies ravagent régulièrement le massif apportant drames et désolation.