Randonnée Var Provence Alpes

Accueil > RAu - delà > 1 - Alpes de Haute Provence > Haute Ubaye

Haute Ubaye

Trois tâches blanches trouent la verdure du vallon : le fort de Plate Lombarde aligne trois casemates de béton et d’acier. Elles ont pour ligne de mire les cols de Stroppia et Vallonnet.

Trois casemates, nids de mitrailleuses, pour attendre comme Drogo, attendre l’ennemi venu du désert des Tartares, et moissonner la gloire. Attendre...

"S’il faut attendre, elle attendra.
On la dit aveugle. Elle ?
Avec ses yeux de sniper ?
Intrépide, elle regarde l’avenir en face.
Elle seule."
."

Wisława Szymborska (Prix Nobel Littérature 1996)

Trait d’union entre Piémont et Basse Provence, l’Ubaye est une haute vallée alpine marquée par un fort aspect torrentiel : les précipitations, rares comme dans tout climat méditerranéen, sont cependant fortes quand elles surviennent. Elles sont la cause d’un enneigement hivernal abondant et persistant.

Située au cœur des Alpes et portant la trace d’une géologie tourmentée, l’Ubaye est le siège d’une sismicité fréquente et parfois intense. Plusieurs failles dues à l’orogénèse du massif sont toujours actives. Elles font l’objet d’une surveillance pilotée par le SISMALP à partir de Grenoble.

La différence entre adrets et ubacs est là particulièrement sensible : la limite supérieure des étages de végétation est en moyenne rehaussée de 200 m à l’adret. L’adret, défriché depuis des siècles, est voué aux cultures en terrasse et aux alpages dans les parties hautes. L’ubac, plus humide, est dévolu aux forêts.

Nos randonnées cheminent entre adret et ubac, au gré de l’enneigement, au gré de nos curiosités. Elles iront Tête des Toilies, Bric de Rubren, Tête de Girardin, Aiguille de Chambeyron, col de Vars et col de l’Arche, Lauzanier, Enchastraye, col de Restefond, col de la Bonette, etc...

Comme vous, si la curiosité vous pousse ....